La « planification des risques » peut sembler contradictoire, mais c’est une chose que tout le monde fait. Les gens ne sont généralement pas confrontés à beaucoup de risques individuels, il est donc facile de gérer les risques que nous connaissons. Nous souscrivons une assurance maladie pour couvrir les maladies et une assurance vie pour protéger nos familles. Toutefois, nous n’avons pas tendance à en tenir compte ou à les classer par catégorie. Les entreprises sont cependant différentes. Elles doivent suivre et catégoriser chaque menace, car les menaces auxquelles une entreprise est confrontée sont si nombreuses et proviennent de tant d’angles différents. Retrouvez d’autres informations ici.

De nombreuses entreprises le font au moyen d’une matrice des risques. Une matrice des risques est un moyen fondamental de transformer les risques en données. La création d’une matrice des risques nous permet d’ajuster nos réponses aux risques en fonction du niveau de la menace potentielle – ainsi que de la manière dont elle pourrait avoir un impact sur d’autres risques. Les entreprises financières, par exemple, sont confrontées à de nombreux risques qui se contredisent directement. Si elles investissent, elles risquent de subir des pertes financières en raison d’un mauvais investissement, mais si elles n’investissent pas, elles risquent de subir des pertes financières en raison d’opportunités perdues. La création d’une matrice des risques les aide à équilibrer ces situations.

Mesurer les risques dans le secteur des services financiers

Les matrices d’évaluation des risques sont un élément standard de l’évaluation des risques dans tout secteur d’activité. Elles peuvent être complétées pour une tâche spécifique ou pour une entreprise dans son ensemble. Elles comparent principalement la probabilité d’un risque à son impact et établissent un niveau de priorité pour sa gestion. Cela permet de ventiler toutes les menaces en une des combinaisons de risques suivantes :

– Faible probabilité/faible risque – Un scénario de faible probabilité/risque implique un risque très faible qu’un événement se produise et même s’il se produit, il est facile à gérer. Un exemple spécifique du secteur financier est celui d’un employé de niveau inférieur, sans accès aux informations du compte client, qui devient la victime d’un ingénieur social qui est capable de lui faire fournir le mot de passe de son employé. La probabilité est faible, car il est peu probable qu’une personne ayant un accès minimal soit ciblée. C’est un risque faible parce que même si l’événement est réussi, l’entreprise ne subira pas de pertes graves et le problème peut être facilement résolu.

Faible probabilité/risque moyen – Il s’agit d’une situation où, là encore, la probabilité est improbable mais le risque est légèrement plus élevé. Envisagez le scénario d’en haut, mais cette fois, le mot de passe de la personne donne accès à des informations sensibles mais de faible niveau sur les clients, comme les adresses électroniques.

– Faible probabilité/risque élevé – Ce scénario représente une situation où la probabilité est improbable, mais le risque est celui qui pourrait perturber les opérations commerciales. Là encore, considérez le scénario dans lequel l’employé est amené par la ruse à donner des données sensibles. Seulement cette fois, l’employé lui a donné un accès de niveau administrateur au réseau informatique de l’entreprise.

Probabilité élevée/risque faible – Une probabilité élevée signifie que cela a de grandes chances de se produire, au point où l’on s’y attend à peu près. Dans une entreprise financière, un exemple de ce type de situation serait un trader qui achète un montant minimal d’obligations – la Fed augmente alors le taux d’intérêt quelques jours plus tard seulement. C’est un scénario qui a toutes les chances de se produire, mais la société a mis en place des repères pour éviter des pertes importantes.

Probabilité élevée/risque moyen – Le risque est probable et pourrait potentiellement perturber les activités de l’entreprise. Dans ce cas, changez l’exemple ci-dessus en remplaçant les obligations par des actions. Il est beaucoup plus probable que le marché boursier soit volatil et qu’il y ait des pertes. La probabilité est élevée et les pertes seront plus importantes.

Probabilité élevée/risque élevé – Il s’agit d’une situation où la menace aurait dû être évidente et imminente. Par exemple, une société financière qui investit chaque dollar d’investissement disponible dans des contrats à terme sur le pétrole. Il est fort probable que cela ne se produise pas et que le risque pour la situation financière et la réputation de l’entreprise ne soit pas récupérable.

Ces catégories vous permettent de transformer le risque potentiel en données. Ainsi, vous pouvez obtenir une carte des risques de votre entreprise, afin de voir où se situent les points faibles et de les prévenir avant qu’ils n’atteignent le stade de risque élevé/haut degré de probabilité. Plus tôt vous détectez une menace, plus il est facile de la contenir.

Transformer les menaces en données

La catégorisation des menaces est plus facile à dire qu’à faire. Dans ce cas, nous pouvons utiliser l’exemple d’un hypothétique négociant en bourse qui travaille pour une société financière et qui a décidé de se concentrer uniquement sur les produits de base. Pour simplifier, le risque sera ventilé en catégories standard du MCE, qui peuvent être classées numériquement sur une échelle de 1 à 10.

Danger – 1/1 – Le risque de danger indique la possibilité de risques incontrôlables extérieurs. Par exemple, un typhon peut rendre inutilisable l’endroit où la matière première est principalement exploitée. Cependant, cela rendrait les contrats à terme de cette matière première plus précieux, ce qui compenserait la différence. Dans ce cas, il y a une faible probabilité que cela se produise et un faible risque.

Financier – 10/10 – Il y a une forte probabilité de perte dans le commerce des matières premières et un risque élevé à investir tous les fonds dans le projet. C’est un domaine où la probabilité est élevée et le risque élevé qui doit être examiné.

Risque opérationnel – 10/5 – Le fait d’avoir pour politique de ne négocier que des produits de base représente une forte probabilité que l’entreprise soit condamnée à une amende en raison d’une mauvaise politique d’entreprise. Cela pourrait nuire à la réputation de l’entreprise et entraîner également des pertes financières futures.

Maintenant, tous ces scores sur la matrice des risques sont additionnés et mis en moyenne. La note globale pour ce scénario, 1 étant le risque le plus faible et 10 le plus élevé, est de 6, ce qui correspond à un risque élevé, ce qui signifie que des ajustements doivent être effectués avant que le plan puisse être mis en œuvre.

Il s’agit d’une approche très simpliste des matrices de risque, mais qui peut néanmoins être ajustée pour s’adapter à la plupart des organisations. Le processus exige que vous examiniez toutes les facettes du risque et que vous établissiez des bases de référence acceptables pour chacune d’entre elles. C’est une façon de hiérarchiser les efforts de réduction des risques tout en éliminant les principales menaces.