Cela fait quelques années que la pénurie de main-d’œuvre est une réalité subie par les entreprises du bâtiment. Si elle touche principalement le domaine du BTP, ce manque d’effectifs qualifiés concerne aussi le secteur de l’industrie et de l’informatique. Recruter du personnel devient un véritable parcours du combattant, avec des entreprises limitées par différents facteurs.

Une réalité qui touche de nombreuses entreprises du bâtiment

Le manque de main-d’œuvre qualifiée est un problème récurrent sur le territoire français. Tous les ans, ce sont plusieurs centaines de milliers d’emplois qui restent vacants, contribuant à entretenir le taux de chômage. La constance de cette pénurie initie un phénomène désormais commun à de nombreux secteurs. Face à cette réalité, l’agence d’intérim européenne Amos74 vient en aide aux professionnels du bâtiment : trouver un capital humain compétent, mais également motivé à prendre les emplois disponibles relève du défi. Le problème est largement considéré comme un phénomène de société, incitant les entreprises à envisager toutes les alternatives pour recruter de la main-d’oeuvre qualifiée.

Pour les ressources humaines, faire appel à une agence intérimaire européenne permet de pallier le manque de candidatures françaises. La solution est simple : mettre à disposition du personnel étranger, et les engager avec des conditions de contrats français. Si cette option est aujourd’hui la plus accessible, certaines entreprises choisissent de travailler avec des employés détachés pour remplir leurs effectifs. Comme l’agence Amos 74, de nombreuses boîtes d’intérim recherchent des recrues en France, en Pologne et en Slovaquie. Dans la pratique, les salariés bénéficient de contrats signés respectant le droit du travail français : un avantage non négligeable pour vos entreprises, car vous sécurisez ainsi ces recrutements grâce aux déclarations à l’URSSAF.

Un phénomène inquiétant pour les entreprises

Contrairement à une idée reçue, le secteur du BTP n’est pas le seul à combler ses effectifs avec des travailleurs étrangers. Nous pouvons aujourd’hui constater que le manque de main-d’œuvre qualifiée touche des domaines aussi variés que l’informatique, l’hôtellerie, ou encore l’industrie. L’agriculture fait face au même problème, incitant les petites entreprises comme les grandes boîtes à recourir à des solutions équivalentes. La pénurie est telle que les entreprises s’inquiètent de ce que l’avenir peut leur réserver : quels que soient les secteurs d’activité, les freins au recrutement auraient tendance à s’intensifier.

Depuis 2010, le principal frein au recrutement reste le manque de qualification des candidats. Cette donnée rend le processus d’embauche encore plus complexe : pour les recruteurs, les années à venir pourraient enregistrer une amplification du phénomène. Les répercussions économiques se font déjà ressentir : malgré l’acharnement des agences d’intérim à dénicher des candidats correspondant aux recherches des entreprises, force est de constater que les compétences des postulants français ne sont pas toujours à la hauteur des attentes.

Les nouvelles technologies également concernées

Il y a quelques décennies, la France s’imposait comme une référence incontournable dans le domaine de la technologie et de l’innovation. Depuis, les capacités et les performances des postulants nationaux ne suivent plus les demandes des professionnels. Les secteurs employant les nouvelles technologies ne font donc pas exception à la règle : la pénurie de main-d’oeuvre les touche de plein fouet, et particulièrement dans le domaine de la sécurité informatique.

Le constat se propage aux secteurs plus « classiques » où les candidatures ne manquent pas. Les difficultés à trouver les bons profils compliquent la tâche des recruteurs. Cela se constate aussi bien dans la comptabilité de gestion, dans le secteur des ressources humaines, ou encore dans le domaine juridique. Bien que les conversions technologiques puissent laisser sous-entendre une plus grande ouverture aux candidatures jeunes, la plupart des employeurs ne peuvent miser sur des talents sans expérience ou dont les qualifications ne correspondent pas aux besoins de leurs entreprises.

Un frein au développement des entreprises ?

Les propositions peu pertinentes comme l’embauche de personnel sans qualifications impactent la qualité du développement d’une entreprise. Pour beaucoup, le manque de main-d’œuvre équivaut à une baisse générale de leurs performances. Travailler avec les moyens du bord s’apparente à exercer sans exploiter le maximum de ses capacités. Si de nombreuses boîtes se résignent à se développer au ralenti, celles qui désirent poursuivre leur croissance choisissent de chercher ailleurs ce qu’elles ne peuvent trouver en France.

Réaliser des projets avec des employés étrangers peut cependant nécessiter une organisation particulière, notamment par rapport aux barrières de langues. Pour éviter cet inconvénient, le choix des embauchés se portera d’abord sur des profils maîtrisant la langue de Molière. Ce n’est pourtant pas le cas partout : la solution la plus simple consiste à souligner ce critère de sélection auprès de votre agence d’intérim. Le recrutement à l’étranger doit constituer un atout supplémentaire pour votre entreprise, et pour le développement de votre présence dans votre secteur.

Une solution réservée aux grandes entreprises ?

Il n’est pas rare que le recrutement à l’étranger soit assimilé à une démarche propre aux grandes entreprises. Disposant généralement de plus de moyens, les boîtes imposantes peuvent se permettre d’investir plus sur des embauches de profils particuliers. Trouver des employés à l’étranger reste cependant accessible aux PME et aux start-ups. Cette alternative peut même constituer un certain avantage financier, car elle vous permet d’accélérer vos recherches, et ne retenir que des profils réellement prometteurs.

Quelle que soit la taille de l’entreprise, le choix d’un recrutement international offre l’opportunité de trouver des travailleurs fiables, et réellement compétents. Il peut être étonnant de constater que les qualifications de candidats étrangers sont plus pertinentes que celles disponibles dans l’Hexagone : dans leur formation comme dans leur expérience générale, ces profils intéressent par leur capacité à s’adapter aux réalités du marché français.

Des attentes toujours plus élevées ?

Face à une pénurie qui tend à se confirmer, les agences d’intérim font en sorte de trouver les bons compromis pour satisfaire les entreprises. Ces dernières sont aussi de plus en plus nombreuses à exprimer des attentes toujours plus conséquentes. Pour répondre à cette forte demande, la sélection des candidats se base aussi bien sur des critères de performance que de prix. Malgré des attentes élevées, trouver des employés qualifiés en dehors de la France resterait plus simple, mais également plus économique, quel que soit le domaine d’activité.