samedi 6 mars 2021

Avec le marché du travail qui évolue sans cesse, les secteurs se sont diversifiés. S’il existe des personnes qui évoluent en entreprise, le nombre de professionnels travaillant pour leur compte est sans cesse grandissant. Communément appelés les freelance, ces professionnels pour la plus grande majorité se lancent dans le circuit du travail sans forcément passer par la case emploi. Qui sont-ils ? Qu’est-ce qui les caractérise ? De quel statut peuvent-ils se prévaloir ?

Qu’est-ce qu’un travailleur freelance ?

Pour le dire simplement, le travailleur freelance est celui qui travaille pour son propre compte. Il peut donc être un entrepreneur ou le propriétaire de son entreprise. Freelance n’est alors qu’un anglicisme pour désigner le travailleur indépendant.

Devenir un travailleur freelance

Être son propre patron est une chose qui intéresse de plus en plus les travailleurs, mais, comment devenir un travailleur indépendant ?
Le potentiel et les fonds
Rien ne se fait au hasard. Avant de devenir travailleur indépendant, vous devez évaluer le potentiel de votre activité et réunir les fonds nécessaires à son démarrage. Une étude de marché est donc obligatoire. Elle vous permettra de viabiliser votre commerce.
Le choix de la forme juridique
Un travailleur indépendant est lui aussi tenu par des contraintes légales. Il se doit de se déclarer. De nombreux choix s’offrent à lui :

  • Le statut de micro entrepreneur : pour bénéficier du statut de micro entrepreneur, vous devez avoir une qualification professionnelle. Ensuite, par une démarche administrative d’immatriculation au registre du commerce, vous pourrez exercer en toute quiétude ;
  • L’entreprise individuelle : c’est l’une des formes juridiques les plus simples. Il vous suffira d’envoyer un dossier constitutif au CFE et au bout de quelques semaines, vous pourrez travailler légalement ;
  • Le portage salarial : avec le portage salarial, des travailleurs indépendants non immatriculés peuvent exercer en toute autonomie. Il s’agit essentiellement d’une relation entre 3 parties. La société de portage salarial apporte un certain support au porté qui lui fournit des services à des clients divers. Le porté travaille donc de façon autonome tout en bénéficiant de l’assistance de la société mère ;
  • Les sociétés unipersonnelles : il peut s’agir d’une SASU ou d’une EURL. Avec la SASU, le travailleur limite sa responsabilité à son patrimoine professionnel et s’offre les garanties d’un régime social qui protège. Avec l’EURL, vous serez le seul capitaine à bord avec tout ce que cela implique.

Quels sont les secteurs d’activités où l’on peut évoluer en freelance ?

Absolument tous les secteurs d’activités peuvent abriter des travailleurs indépendants. Peu importe votre domaine, si vous voulez devenir votre propre patron, vous pouvez le faire à condition de maîtriser les contours de la situation.

S’il y a une chose de sûre, c’est que le freelance est libre, ou sinon apparemment libre dans ses mouvements. Son emploi du temps est géré par lui-même, et de la façon qui lui convient le mieux. C’est de cette même façon qu’il choisit ses clients. Cette flexibilité est sans doute un atout majeur. En indépendance, on gagne beaucoup plus qu’en évoluant dans une entreprise. Bien entendu, tout cela n’est en aucun cas une évidence. Il faudra compter avec une certaine expérience et la composition du portefeuille client.
Si le freelance semble facile, il faut noter qu’il implique beaucoup de travail. En tant qu’indépendant et individu, le travailleur freelance assure en totalité la gestion de sa boîte, du moins pour les débuts. Il va sans dire que le travailleur indépendant doit gérer aussi bien le marketing que la comptabilité, la production que les démarches légales. Sans une excellente organisation, l’on risque d’être noyé dans les tâches à faire.