Le capital management est un autre terme anglais pour désigner la gestion d’actifs, mais on utilise surtout l’expression « Asset Management ». C’est une pratique qui met en relation un client (investisseur) et un gestionnaire d’actifs. Pour pouvoir se lancer sur ce marché, il faut connaître certaines choses.

 

Définition du capital management

La gestion d’actifs ou gestion de portefeuille est une activité qui consiste à gérer des fonds confiés par des investisseurs dans l’objectif de les rentabiliser sur une période moyenne ou de longue durée et d’enregistrer des plus-values. Elle est prise en charge par des sociétés spécialisées comme Seven Capital Management, qu’on appelle « Asset Managers ».

Pour trouver le meilleur profit, le choix du risque est important. Les Asset Managers investissent dans des obligations, des actions, mais aussi et surtout dans les SICAV et les FCP. Le capital management doit être réalisé dans le total respect des contraintes réglementaires mais aussi en suivant les consignes des investisseurs selon le type de gestion.

 

Le capital management en France

Comme le monde de la finance et la bourse gouvernent le monde, la majorité des institutions d’assurances et bancaires possèdent actuellement une filiale de gestion d’actifs. On compte alors près de 600 sociétés de gestions dans le pays. Sur le marché français, 11 000 fonds d’investissements sont disponibles et 8 000 d’entre eux sont des OPCVM.

 

Les principes de la gestion d’actifs

La gestion de portefeuille se base sur quelques principes :

  • La valeur : la gestion d’actifs est plus centrée sur la valeur fournie par l’actif à l’organisation et non sur l’actif en soi. Cette valeur, pouvant être matérielle, immatérielle, financière ou non financière, sera définie par l’organisation ainsi que ses parties prenantes, selon les objectifs visés.
  • L’alignement : le capital management transforme les objectifs en décisions techniques et financières et en activités et plans. Ensemble, ces dernières vont permettre d’atteindre les objectifs de l’organisation.
  • Le leadership : certains facteurs sont déterminants pour créer de la valeur dont la culture d’entreprise et le leadership. Ce dernier, ainsi que l’implication à tous les niveaux de responsabilité sont primordiaux pour la mise en place, l’utilisation et l’amélioration efficace de la gestion de portefeuille dans l’organisation.
  • La garantie : la pratique doit garantir que les actifs pourront remplir leur rôle. Cette nécessité de garantie provient de celle d’un contrôle efficace de l’organisation.

 

Les types de gestion de capital

L’Asset Management peut être exercée pour compte propre ou pour compte de tiers. Dans le premier cas, l’entreprise assure elle-même la gestion de ses actifs pour rentabiliser ses avoirs. Dans le second cas, un investisseur confie la gestion de ses fonds à un Asset Manager.

Au niveau juridique, on peut distinguer plusieurs types de gestion d’actifs :

  • La gestion pilotée : le gérant prend des décisions selon les conseils ou l’orientation de l’investisseur.
  • La gestion sous mandat : le gérant se charge entièrement de la gestion des capitaux confiés par l’investisseur.
  • La gestion conseillée : le gérant est en charge de la gestion mais le pouvoir de décision reste entre les mains de l’investisseur
  • La gestion collective : dans ce cas, l’investisseur détient des parts de fonds. On l’appelle aussi gestion OPCVM ou gestion de fonds.

 

Les produits sous gestion

Les types d’actifs à gérer sont nombreux, d’où l’on distingue également différents styles de gestion :

  • La gestion d’actions : elle consiste à sélectionner des titres d’après leur potentiel vis-à-vis des secteurs macro-économiques et du secteur d’activité.
  • La gestion de produits de taux : cette gestion consiste en produits monétaires et obligataires. Le gérant est alors amené à apprécier la maturité de ses placements ainsi que l’évolution des taux d’intérêts.
  • La gestion diversifiée : le gérant cherche à diversifier son portefeuille en variant les actifs dans lesquels il investit. Il peut aussi privilégier d’autres zones géographiques et d’autres domaines d’activités.
  • La gestion alternative : dont le but est d’offrir une performance constante aux porteurs, indépendamment de l’évolution du marché. La gestion alternative consiste aux hedge funds (gestion spéculative) et au private equity (actions non cotées).

 

Le rôle du gestionnaire d’actifs

Le métier du gestionnaire de portefeuille n’est en rien facile, car de nombreux investisseurs particuliers ou professionnels, comptent sur lui pour faire fructifier leurs capitaux. C’est également son rôle principal. Pour y parvenir, il doit remplir plusieurs missions :

  • L’étude et l’analyse des cours de la bourse. Cela consiste à étudier les entreprises cotées en bourse qu’il juge dignes d’intérêt pour lui et son investisseur. Pour cela, il va retracer leur historique et relever les points positifs et négatifs.
  • D’après ses constatations et ses analyses, le gestionnaire d’actifs va ensuite convaincre son investisseur de l’intérêt ou du désavantage d’un placement.
  • Une fois qu’il est à la charge des actifs, il doit établir une stratégie et opter pour les meilleures opportunités au profit de son client.
  • Surveiller et se tenir informé sur la situation des marchés financiers pour pouvoir agir rapidement lorsqu’une opportunité se présente ou s’il y a un revirement de situation.

En cela, le gestionnaire d’actifs n’est pas seulement une personne qui possède des compétences techniques. C’est un travail qui implique beaucoup de stress et de pression. Pour pouvoir mener à bien ses missions, le gestionnaire doit faire preuve d’une grande réactivité et de rationalité. C’est aussi un professionnel qui doit être à l’aise dans la communication et maîtriser les principes de négociation pour pouvoir convaincre ses clients et vendre ses services. C’est un métier qui est adressé à un profil précis.

 

L’intérêt économique et social de la gestion de portefeuille

Les gestions apparaissent comme les principaux animateurs de marchés primaires et secondaires grâce aux transactions. Elles jouent donc un rôle prédominant dans la liquidité des marchés en favorisant la formation des prix. La gestion d’actifs permet aussi une nouvelle appréhension du risque, qui est désormais considéré comme un facteur de succès car c’est en fonction du niveau de risque choisi que le rendement est valorisé.