Ce mardi 17 septembre 2019, Cher Wang, CEO du groupe HTC, prend la place de Présidente de l’entreprise. C’est un dirigeant français, Yves Maitre, qui prend la place de CEO dans le groupe et qui sera à présent aux manettes.

Un ancien de chez Orange aux commandes chez HTC

Le célèbre dirigeant venait de passer 14 glorieuses années au sein du groupe français Orange, où il occupait un poste à responsabilité. Avant cela, il était responsable chez Thomson Multimedia. Autant dire qu’Yves Maitre est un dirigeant qui a de la bouteille, et qui est probablement l’un des mieux placés dans le monde pour relever le pari exercé par HTC dans un domaine ultra-compétitif.

En effet, le groupe HTC a perdu la place de choix qu’il occupait sur le marché du smartphone. Au sein de la traditionnelle bataille entre Samsung et Apple, l’arrivée en force de Huawei a changé la donne et a probablement définitivement fermé l’accès au podium de ce marché en pleine expansion.

HTC va se tourner vers d’autres nouvelles technologies

Perdre sa place au sein du marché du smartphone n’était pas forcément une mauvaise chose pour HTC. L’entreprise se spécialise petit à petit dans les produits de réalité virtuelle, qu’elle considère être un marché d’avenir. Parmi les technologies que l’on peut citer, se situe la « Vive Reality », une forme de réalité virtuelle augmentée qui fonctionnera parfaitement avec la 5G et les progrès de l’intelligence artificielle.

En tout cas, le groupe HTC est au point mort depuis 2016, année de sortie de son premier produit en la matière. Le HTC Vive a connu un certain succès, mais pas assez grand pour permettre à la marque d’investir dans de nouveaux produits et de développer sa clientèle. Le groupe a depuis quelques années vendu plusieurs usines, licencié son personnel, cédé ses brevets…

Un véritable challenge pour Yves Maitre à la tête du groupe HTC

C’est donc un véritable défi que lance HTC à Yves Maitre en le plaçant à la tête du groupe. Si rien n’est fait, les résultats d’HTC ne permettront plus d’ici quelques années au groupe de survivre sans partenariat extérieur.

Parmi les pistes proposées, figure celle de placer l’entreprise sur le marché des services. Cela pourrait constituer une forme de porte de sortie en cas de saturation du marché de la réalité virtuelle. Car, si l’on considère sa situation économique et son échec sur le marché des smartphones, le groupe HTC ne survivrait pas à une éviction du marché de la VR.

Sans certitude, nous pouvons considérer qu’Yves Maitre dispose d’un délai d’un à deux ans à la tête du groupe HTC pour redresser l’entreprise et générer de nouveaux revenus. Un défi à la hauteur du nouveau dirigeant, qui mettra sans aucun doute ses connaissances et son expérience au profit d’un groupe d’avenir.