Contrairement à un salarié, le travailleur indépendant est dans l’obligation de se renseigner et de souscrire à une mutuelle santé. Bien évidemment, il faut qu’il puisse déjà faire l’état des lieux de ses besoins et surtout ne pas hésiter à ouvrir ses garanties vers un contrat de prévoyance ou de retraite. En bref, voici donc la marche à suivre.

Une couverture santé optimale

Lorsqu’on est un travailleur indépendant, on bénéficie, certes, de la Sécurité sociale mais pas d’une mutuelle fournie par l’employeur. Voilà pourquoi, il est important de trouver le contrat qui vous convient pour une prise en charge optimale.  

Par exemple, pour faire le choix d’une mutuelle tns, on fait d’abord le point sur ses éventuels problèmes de santé liés à une maladie qui demande des soins médicaux fréquents ou alors, un accident. Par ailleurs, il faut essentiellement penser à tout ce qui relève des frais d’optiques mais également, des frais dentaires. Par ailleurs, sachez que certaines couvertures vous proposent la prise en charge de soins non remboursés par la Sécurité sociale comme par exemple, les médecines douces.

Les garanties incontournables

Par ailleurs, pour un travailleur indépendant, il est essentiel de pouvoir anticiper certaines situations problématiques pour penser à protéger son entreprise mais également ses proches. Et ici, on pense par exemple à un arrêt de travail, à une invalidité ou encore, à un décès. Toutes ces clauses sont donc à examiner consciencieusement en fonction de votre secteur d’activité.

Par exemple, certains contrats peuvent vous proposer de la garde d’enfants, des indemnités journalières qui peuvent aller jusqu’à 320 € par jour et une couverture complète en cas de décès ou d’invalidité. Bien évidemment, toutes ces options sont à examiner en fonction de vos besoins et de votre budget. Néanmoins, sachez que certaines mutuelles vous proposent un contrat sur-mesure et qui s’adapte parfaitement à votre demande avec même, zéro délai de carence pour les soins les plus coûteux.

Un point sur la loi Madelin

Tous les professionnels qui relèvent du régime réel d’imposition (BIC ou BNC) peuvent bénéficier du dispositif de la loi Madelin. Le gros avantage, c’est qu’il permet de pouvoir déduire leurs cotisations des impôts, jusqu’à un certain seuil. En plus, il faut savoir que c’est un contrat qui couvre non seulement les travailleurs indépendants mais également, toute la famille.

Toutefois, il existe un bémol pour les auto-entrepreneurs. En effet, ils ne sont pas concernés par ce dispositif et doivent donc s’orienter vers des contrats spécialement dédiés pour eux et qui offrent souvent, des tarifs beaucoup plus avantageux. Là encore, il s’agira de faire le point sur tous ses frais de santé de manière à pouvoir trouver la couverture optimale.

Un point sur la retraite

Là encore, c’est un point qui doit être pris en compte. Car aujourd’hui encore, le régime de la retraite diffère sensiblement entre travailleurs indépendants et salariés. Et justement, le cadre fiscal de la loi Madelin permet de bénéficier d’avantages fiscaux grâce à une épargne régulière et qui bien évidemment, reste indisponible durant toute la période d’activité. En contrepartie, le travailleur pourra déduire ses cotisations du bénéfice imposable.

C’est donc le moyen parfait pour commencer à penser à l’avenir. Par ailleurs, sachez que ce capital permettra d’offrir une rente à vos proches en cas de décès ou sera perçu sous forme de rente viagère imposable pour une cessation d’activité.