Alsaeci

3 conseils pour devenir ébéniste

Des plus anciens aux plus récents, plusieurs métiers font le monde d’aujourd’hui. Si vous avez envie de travailler le bois et d’en faire votre source de revenus principale, vous êtes au bon endroit. Dans cet article, nous vous donnons toutes les informations essentielles à connaître pour devenir ébéniste.

1- Ouvrir son atelier d’ébénisterie

Ouvrir son atelier d’ébénisterie est le rêve de toute personne ayant terminé son parcours d’apprentissage. Mais en quoi consiste précisément le métier et quels sont les parcours justement qui mènent à ce métier ?

Le métier d’ébéniste : les prérequis

L’ébéniste est un artisan qui façonne le bois pour créer des meubles ou des éléments en bois. Dans son quotidien, l’ébéniste sera amené à dessiner des modèles, découper du bois ou des pièces, assembler, cirer ou vernir le bois, etc. Il est donc indispensable pour un aspirant au métier d’ébéniste d’avoir un esprit créatif, une prédisposition particulière pour les travaux manuels, et de la patience pour concevoir des meubles de qualité et esthétiques.

Être bon dessinateur et avoir une bonne appréhension des volumes sont des qualités indispensables, mais qui ne suffisent pas pour prétendre au métier d’ébéniste. Il est nécessaire en effet d’être diplômé dans cette spécialité.

Devenir ébéniste et se mettre à son compte : les différents parcours possibles

Après vos études au collège, il est possible de vous orienter vers le métier d’ébéniste par un CAP Ébéniste, Arts du bois ou Dessinateur industriel d’ameublement. Cette formation de premier niveau dure 2 ans et peut être suivie d’un Brevet des Métiers d’Art.

Vous pouvez ensuite poursuivre vos études et obtenir un baccalauréat professionnel en option « Ébénisterie ». Après le bac, il est recommandé de poursuivre avec un Diplôme des Métiers d’Art (DMA) option « Décors et mobiliers » ou « Restauration de mobilier » qui vous prendra 2 ans, ou avec un Diplôme National des Métiers d’Art et du Design (DN MADE) en mention Objet, qui dure 3 ans.

Une fois le parcours achevé, vous pourrez maintenant prétendre au métier d’ébéniste. Il ne vous reste plus que quelques pas à faire pour assurer votre insertion professionnelle, et notamment ouvrir votre atelier.

L’ouverture de l’atelier d’ébénisterie

Pour ce faire, la première chose serait de trouver un local. Pour mettre de la lumière sur votre travail, il est préférable que le local qui abritera votre atelier soit bien situé et visible.

Une fois le local trouvé et le matériel indispensable réuni, vous pouvez ensuite rechercher des missions rémunérées en tant qu’artisan local auprès de particuliers ou des structures ayant besoin des services d’un ébéniste dont le revenu est compris entre 1500 et 3800 euros mensuels.

2- Réunir le matériel de base indispensable au métier d’ébéniste

L’ébéniste utilise divers matériaux pour mener à bien son travail : n’hésitez pas à vous tourner vers les boutiques en ligne spécialisées si vous cherchez une machine pour travailler le bois afin de bénéficier de conditions d’achat flexibles pour une machine de qualité.

métier ébéniste

Sans plus tarder, voici la liste des outils indispensables pour un atelier d’ébénisterie :

  • le ciseau à bois : c’est un outil indispensable dans le travail du bois. Il est constitué d’une lame, affutée et très aiguisée pour servir à découper du bois. Il possède une autre extrémité en bois ou en matière synthétique appelée manche qui permet à l’utilisateur de s’en servir. Le ciseau à bois est un outil dangereux dont l’utilisation requiert beaucoup de prudence et de vigilance. Il faudra taper sur le manche avec un maillet pour obtenir une découpe en profondeur,
  • le trusquin : le trusquin permet à l’ébéniste de faire des tracés précis en s’appuyant sur une surface. La prise en main varie en fonction de la forme du trusquin choisi,
  • le maillet : le maillet peut être comparé à un marteau à l’exception que, comparativement aux autres marteaux communs, sa tête est le plus souvent en caoutchouc, en bois ou en plastique. Il est utilisé pour permettre au ciseau de découper le bois en profondeur tout en gardant une bonne précision,
  • l’équerre : les deux pièces de l’équerre forment un angle droit et permettent à l’ébéniste de s’assurer de la droiture des angles lors des tracés pour des découpes impeccables,
  • le crayon : l’ébéniste devra faire des dessins et tracés pour réaliser ses œuvres. Le crayon devient un outil indispensable qui doit toujours être à portée de main. Il sert aussi pour prendre des notes et des mesures, à délimiter des zones pour la découpe du bois,
  • le mètre ruban : tout comme le crayon, c’est l’un des plus petits outils de l’ébéniste, et aussi l’un des plus indispensables. Il est utilisé pour la prise de mesures précises grâce à sa règle de graduation.

3- S’intéresser aux différentes formes du métier d’ébéniste

Le métier d’ébéniste est souvent confondu avec celui du menuisier bois. La différence n’est pas si flagrante, puisqu’ils sont tous deux des artisans du bois et exercent des fonctions similaires. Et pourtant il existe une différence dans la finition du travail qui, chez l’ébéniste, va au-delà du simple assemblage.

formation ébéniste

On distingue plusieurs types d’ébénistes :

  • l’ébéniste-menuisier : il exerce les mêmes fonctions que le menuisier bois. Ces deux métiers peuvent être confondus en un seul. Le travail de l’ébéniste menuisier consiste à confectionner et poser des structures en bois extérieures, notamment des fenêtres, ou intérieures, le plus souvent des portes, placards et escaliers,
  • l’ébéniste-artisan : nous rentrons ici au cœur du métier d’ébéniste. L’ébéniste-artisan est spécialisé dans la création de meubles de maison ou de bureaux en bois (tables, armoires, chaises, etc.). Il peut produire des pièces uniques ou en édition limitée vendue en boutique personnelle ou par le biais d’un commerçant de meubles. L’ébéniste-artisan doit surtout maîtriser les techniques de fabrication de meubles en bois et être créatif,
  • l’ébéniste d’art : il fabrique des meubles originaux et créatifs. C’est un véritable artiste qui doit miser sur le design et la beauté de ses créations qui peuvent être des pièces uniques ou en édition limitée vendues à prix fort dans les galeries d’art et lors des ventes aux enchères,
  • l’ébéniste-restaurateur : l’ébéniste-restaurateur restaure l’éclat originel des meubles et pièces de bois d’une autre époque, ayant subis des altérations dues au temps ou à un choc. Une parfaite connaissance de l’histoire de l’art et des bois est nécessaire pour exercer le métier d’ébéniste restaurateur. Les musées, fondations, galeries d’art sont les potentiels employeurs pour un ébéniste-restaurateur,
  • l’ébéniste-agenceur : l’ébéniste-agenceur est un expert dans la fabrication et l’installation de meubles en bois faits sur mesure. Ses meubles sont le plus souvent destinés à former un tout avec d’autres meubles. Il faudra alors faire preuve de beaucoup d’attention et d’un sens du détail très fin pour élaborer des meubles à base des plans fournis, qui puissent trouver parfaitement leur place au sein de l’ensemble.

Toutefois, il est important de rappeler qu’en dehors des qualités de bases et de la formation requise pour prétendre au métier d’ébéniste, certaines des déclinaisons du métier demandent des habiletés particulières. L’ébéniste d’art par exemple se doit d’être plus créatif et doit avoir du goût. Par contre, le métier d’ébéniste-agenceur convient beaucoup plus à ceux qui accordent une attention particulière aux volumes et à la fusion des éléments.

Par ailleurs, si vous faites le choix de ce beau métier et que vous montez votre entreprise, il est conseillé de souscrire une assurance responsabilité civile, quelle que soit la spécialisation que vous aurez choisie.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn