Alsaeci

BTP : la règlementation sur l’aménagement d’un chantier

Pour le bon déroulement d’un chantier de construction, il est indispensable de l’aménager à l’avance. Effectivement, la construction d’un bâtiment est un projet qui s’étend sur plusieurs mois. Les ouvriers qui travailleront sur le chantier seront donc présents tous les jours sur une période relativement longue. Puisqu’il s’agit d’un espace ouvert, il est capital d’élaborer un plan d’installation de chantier pour obtenir les autorisations nécessaires, mais également pour bien organiser le chantier. Alors, quelle est la règlementation qui encadre l’aménagement d’un chantier ? Comment rédiger un plan d’installation ? Nous vous disons tout dans ce guide complet.

Définition de l’aménagement du chantier

L’aménagement d’un site de construction est une opération consistant à rendre le terrain à la fois fiable et fonctionnel. Cette opération permet surtout au maître d’ouvrage de réaliser son projet aussi efficacement que possible.

En général, le terrain de construction est en friche. Il faut donc y installer une petite cité de construction totalement dotée de ses propres installations de vie et sanitaires. La location de bases de vie chez un spécialiste comme DRON Location représente une alternative intéressante.

Il faut considérer plusieurs facteurs comme le type de projet, l’environnement et le lieu, les infrastructures utilitaires selon la règlementation en vigueur et les dispositifs de sécurité au sein du site de construction. Tous ces éléments doivent figurer dans le plan d’installation du chantier.

aménagement d'un chantier

Qu’est-ce que le plan d’installation de chantier ?

Le plan d’installation de chantier est un document qui regroupe toutes les informations relatives à l’aménagement et à l’implantation d’un chantier. Il s’agit d’un élément capital à la préparation d’un site de construction et au bon déroulement des travaux.

Ce plan désigne l’emplacement de tous les équipements et des éléments fixes essentiels à la réalisation des travaux. C’est pour cette raison que le PIC renseigne sur le matériel de chantier qui sera utilisé, le système de stockage des déchets de chantier et des bennes de collecte, les zones prévues pour l’entreposage des matériaux et les espaces prévus pour l’accueil et le repos des ouvriers. La rédaction de ce document est à la charge de l’entrepreneur du BTP qui intervient sur le chantier.

Le plan d’installation de chantier est utile pour différentes raisons. Tout d’abord, il permet d’obtenir les autorisations administratives et termes de sécurité et d’hygiène de la part des autorités communales et des préfectures de police. Ces autorisations sont indispensables pour l’implantation du bâtiment, surtout pour l’usage et l’installation des engins de chantier de l’espace public de façon sécuritaire.

Le PIC joue aussi un rôle clé dans l’organisation du site de construction. Il permet d’optimiser l’espace disponible au sein du chantier et de mieux visualiser l’agencement global de l’espace. En veillant à la bonne organisation du chantier de construction, le plan d’installation de chantier optimise les opérations des intervenants tout en réduisant considérablement les complications qui sont souvent à l’origine des retards de livraisons et du dépassement de budget.

Pour finir, le plan d’installation de chantier fait parfois partie des documents requis pour postuler à un appel d’offres. Dans ce cas, il sert de document de référence dans l’étude de coût du projet et joue donc le rôle d’argument commercial que l’entrepreneur utilise pour appuyer sa proposition.

Quelle est la règlementation qui encadre l’aménagement d’un chantier de construction ?

Le plan d’installation de chantier sert à préparer le chantier d’un édifice. Il doit donc contenir le maximum d’informations possibles sur l’état naturel et technique du site de construction et sur la disposition du matériel à utiliser. Voici donc une liste des éléments indispensables que l’on retrouve dans un PIC.

Le fond de plan

C’est la base même du plan d’installation. Il est composé de 2 types de plans : le plan de masse et le plan topographique. Le premier permet d’avoir une représentation graphique du projet de construction et le second permet de visualiser les altitudes, les reliefs naturels du terrain ainsi que les points d’eau.

La base de vie

La base de vie désigne l’ensemble des endroits prévus pour accueillir les ouvriers qui travailleront sur le chantier. Concrètement, il est question des sanitaires, des bureaux, des réfectoires, des vestiaires et toute autre aire de travail nécessaire au bon déroulement des travaux. Généralement, la base de vie est placée à proximité de l’entrée et en dehors du secteur de fonctionnement de survol des équipements de levage.

Afin d’être conforme à la règlementation, la base de vie doit avoir des caractéristiques et des dimensions bien définies. Il faut donc prévoir 1,25 m² par personne pour les vestiaires et les réfectoires, un lavabo pour 10 personnes et un cabinet pour 20. Les couloirs de déplacement entre les abris de la base de vue doivent être couverts pour la protection des travailleurs contre les aléas climatiques.

Toutes les installations de la base de vie doivent être bien entretenues et chauffées pendant les saisons froides. Ces exigences sont valables pour les chantiers qui dureront plus de 4 mois. Si la construction du bâtiment se fait en moins de 4 mois, des dérogations aux obligations ci-dessus sont possibles.

Dans ce cas, il est autorisé d’avoir recours à des roulottes ou à des véhicules aménagés plutôt qu’à des structures fixes. Les exigences au niveau des sanitaires sont identiques, à la seule différence qu’un réservoir d’eau peut remplacer le lavabo. Quant aux vestiaires, il est possible de remplacer les armoires personnelles par des patères.

L’acquisition d’installations de vie et d’hygiène pour un chantier de construction représente un investissement de taille. Il revient donc à l’entrepreneur de faire un choix, en fonction des avantages et des coûts que cela engendrera.

Si vous optez pour l’achat, vous pouvez bénéficier d’aides si vous remplissez les conditions requises. Une subvention peut vous être accordée par exemple pour l’acquisition d’un bungalow de chantier mobile indépendant, à hauteur de 50 % du prix d’achat et dans la limite d’un montant de 25 000 euros.

La location chez un spécialiste représente une option rentable. Les professionnels de ce domaine proposent une vaste offre pour des équipements mobiles ou fixes. La location présente des bénéfices considérables. C’est le prestataire qui se charge de la mise en place et de l’enlèvement des installations. Il s’assure également que les installations sont aux normes et prend en charge leur entretien.

Les réseaux représentés sur le PIC

Le PIC doit offrir une représentation des réseaux de distribution et de raccordement énergétiques. On y retrouve donc les réseaux d’eaux usées et d’eau potable, les réseaux d’électricité, de téléphonie, d’internet et de gaz. Ces informations sont souvent disponibles à la mairie de la commune ou chez le gestionnaire du réseau concerné.

Leur identification sur le PIC permet de ne pas les endommager lors des travaux et de savoir s’il est nécessaire d’obtenir des autorisations chez les distributeurs de réseaux.

Les aires d’entreposage

Le plan d’installation de chantier doit aussi indiquer les zones de stockage des matériaux et du matériel nécessaire au bon déroulement du chantier. Cela permet de garantir le respect des distances de sécurité et de ne pas gêner la circulation.

Pour chaque aire de stockage, il est nécessaire de préciser sa nature et la surface qu’elle occupe. Il faut également faire figurer les postes de ferraillage et de préconception, les bennes à gravats, les panneaux de signalisation et la centrale de production de béton.

Il est également capital de montrer clairement l’emplacement des divers engins de levage employés pour la construction et des différents points d’accès.

Les flux de circulation

Le plan d’installation du chantier doit également renseigner sur les flux de circulation à mettre en place pour les piétons d’un lieu à un autre, de la base de vie à la zone de construction par exemple. La définition claire et l’aménagement de ces chemins sont indispensables pour garantir la sécurité des travailleurs.

Il faut aussi faire apparaître les voies de circulation des véhicules (en tenant compte du Code de la route), les espaces réservés au stationnement ainsi que les points d’évacuation. Si le site de construction est vraiment grand, la mise en place de feux tricolores et de passages piétons peut s’avérer nécessaire pour le contrôle du croisement des flux.

La gestion de l’environnement

Tous les moyens mis en place pour la gestion environnementale doivent être mentionnés dans le plan d’installation de chantier. Concrètement, on doit pouvoir visualiser les zones de tri de déchets, les espaces de traitement des eaux usées et de stockage des matériaux polluants.

La hauteur et l’altitude des installations du bâtiment, qu’il s’agisse de l’ouvrage lui-même, des clôtures, des grues, de la centrale à béton, de la base de vie ou des arbres, doivent être mentionnées dans le plan d’installation du bâtiment.

Comment rédiger un PIC ?

Au regard de tous les éléments qui doivent figurer dans le plan d’installation du chantier, il est possible de se demander comment réussir sa rédaction.

La conception PIC requiert l’usage d’un logiciel spécifique. Certains outils de suivi de chantier proposent cette fonctionnalité, mais elle est rarement complète. Il est donc préférable d’utiliser un logiciel de dessin industriel comme le logiciel BIM. Une fois que le document est prêt, il est conseillé de l’imprimer en grand format pour qu’il soit plus facile à lire.

Facebook
Twitter
LinkedIn