Alsaeci

En quoi consiste le métier de trader ?

Le trading consiste en des opérations d’achat et de vente de titres sur le marché financier ou en ligne. Le trader est l’opérateur en charge de ces opérations. Le métier de trader ne s’improvise pas. Pour les novices, il est assez difficile d’en comprendre les tenants et aboutissants, et pour ceux qui souhaitent exercer ce métier, une solide formation est indispensable. Explications et fonctionnement de l’univers du trading.

Dans quel domaine travaille un trader ?

Le trader est celui qui a en charge la vente et l’achat d’actifs financiers sur le marché de la finance internationale. Ces opérations concernent les actions, les dépôts bancaires ou encore les obligations. Il s’agit de biens intangibles et les documents qui attestent de leur existence n’ont de valeur que quand ces titres sont vendus ou achetés.

Le trader peut travailler au sein d’une institution financière, pour des fonds d’investissement, ou bien encore être freelance. Pour exercer ce métier, une formation en trading ou un coaching est indispensable : vous pouvez en connaître les détails sur Genevatradecenter.com, où plusieurs modules de qualité sont dispensés pour les futurs investisseurs.

métier de trader

Quelles sont les formations qu’un trader doit suivre ?

Les institutions financières ou bancaires ne recrutent que les personnes diplômées ou ayant été coachées par des professionnels du métier. À la fin de ses études, le trader est souvent titulaire d’un bac + 5 ou bac + 6. Il devra en outre avoir suivi plusieurs stages en tant qu’assistant. Plusieurs formations permettent d’exercer le métier de trader, mais toutes concernent le domaine de la finance. Les diplômes d’école de commerce ou d’ingénieur complétés par une formation en finance sont aussi reconnus par le monde du trading. Il en est de même pour les masters professionnels en finance, statistiques ou économie.

Les institutions sont très sélectives quant au recrutement de leurs traders. Un diplôme de master spécialisé en finance ou en banque et ingénierie finance est une garantie supplémentaire pour embrasser le métier de trader. Cependant, cela n’est pas suffisant. Il faut en outre maîtriser l’anglais et d’autres langues étrangères, car les échanges se font sur le plan international.

Pourquoi se faire coacher pour s’imposer dans le secteur du trading ?

Outre les formations académiques, une personne qui veut devenir trader gagnerait beaucoup à se faire coacher. Le coaching est, comme dans tous les domaines, un moyen de bénéficier de conseils éclairés de la part de quelqu’un qui a de l’expérience dans le secteur. Ce n’est pas une obligation de faire appel à un coach si le futur trader a de l’autodiscipline et qu’il a la capacité de s’organiser et de travailler seul.

Avoir un coach est cependant une option intéressante pour qui veut s’imposer dans ce secteur où la concurrence est rude et où la pression est particulièrement forte. Le coach est là non seulement pour conseiller, mais aussi pour partager son expérience et ses compétences. Il aidera le futur trader à élaborer un plan d’actions en fonction de son secteur de prédilection et à avoir une vision sur le long terme.

Quelles sont les différentes catégories de trader ?

Les traders se divisent en deux catégories. L’analyste sell side conseille les différentes parties prenantes sur les titres qui ont la cote et qui devront être vendus ou achetés, ou bien gardés jusqu’à nouvel ordre. Il travaille généralement pour une société d’investissement ou une institution financière. Il récolte et analyse les informations inhérentes aux secteurs pour lesquels il travaille. Il s’intéresse notamment aux résultats des entreprises cotées en bourse.

La deuxième catégorie est celle du trader buy side. Comme le trader sell side, c’est un analyste financier. Il collabore d’ailleurs avec lui, sauf qu’il travaille beaucoup plus du côté vendeur. Il a une vision des investissements à effectuer sur le long terme (pouvant s’étendre jusqu’à 5 ans). Il peut travailler au sein d’une institution bancaire où son rôle consiste à conseiller les gestionnaires de portefeuilles sur les différents investissements qu’il est possible de réaliser. Ces conseils sont prodigués en fonction des analyses faites sur le rendement d’une entreprise ou sur les fluctuations du marché boursier.

Quels risques le trader doit-il gérer ?

Quelle que soit la catégorie à laquelle appartient le trader, il doit pouvoir gérer les risques qui font intrinsèquement partie du métier. Il existe ainsi différents types de risques.

Le risque de crédit

Le risque de crédit, ou risque de contrepartie, sur les marchés financiers implique la possibilité pour un établissement bancaire ou une institution de crédit de ne pas récupérer l’argent qu’il a prêté dans l’échéance fixée, ou qu’une partie de la dette ne sera pas remboursée. L’analyse de solvabilité du débiteur permet de déterminer les risques de crédit et de prendre les mesures adéquates.

Le risque de taux

Lorsque les taux d’intérêt varient à la baisse, cela peut représenter une perte pour l’investisseur, car ses titres vont perdre de la valeur. Ce risque de taux peut impacter les banques, car la baisse des taux d’intérêt rogne leurs marges commerciales. Il est important pour les entreprises d’effectuer des simulations pour déterminer jusqu’à quel point elles peuvent réagir face à la volatilité des taux. Pour faire face à volatilité, une entreprise pourra se couvrir à l’aide d’un swap de taux et faire en sorte que le taux soit fixe ou variable.

Le risque de change

Le risque de change est un risque que courent les entreprises qui exportent leurs produits à l’international. Au regard des échanges commerciaux internationaux, ce marché est en constante croissance. Plus de 2 000 milliards de dollars quotidiens y sont brassés. C’est au niveau de la volatilité du taux de change de la devise que se situe le risque, dans la mesure où toutes les opérations afférentes aux échanges commerciaux sont exprimées en devises étrangères. La parité euro/dollar est le taux de change à surveiller.

Trader est un vrai métier qui ne s’improvise pas. Le trading sur internet se développe, et beaucoup de novices non formés s’y engouffrent, au risque de perdre leurs économies.

Les compétences indispensables pour devenir trader

Le trader peut évoluer sur divers marchés. Il peut trader sur des produits structurés qui prennent de l’ampleur et génèrent d’importants profits, comme l’or par exemple. Les traders qui débutent peuvent très bien trouver leur place dans ce secteur, même sans diplôme. Certaines institutions (en particulier les institutions anglo-saxonnes) recrutent des jeunes sans diplôme à condition qu’ils aient le tempérament, la ténacité et la rigueur nécessaires pour affronter un métier très éprouvant. C’est une profession où il faut savoir en effet s’imposer, et cela dépend essentiellement des capacités de chacun à affronter les différentes situations.

Il doit pouvoir gérer la tension qui règne dans une salle de marché. Certains traders se sont imposés grâce à des compétences particulières, comme par exemple des connaissances approfondies en géopolitique, qui impacte beaucoup le marché à l’heure actuelle.

Les débutants commenceront en tant que stagiaires. Puis ils deviendront assistants-traders. C’est lui qui se charge du côté back-office du trading (calcul et contrôle des risques, cotation, communications téléphoniques…). S’ils arrivent à se démarquer, ils peuvent devenir officiellement traders. Cependant, ils devront réellement faire leurs preuves pour pouvoir y accéder. S’adjoindre les services d’un coach est d’une aide précieuse. Il ne s’agit pas uniquement de l’aspect technique du métier, mais aussi de l’aspect psychologique, la force morale, ainsi que des astuces qui permettent de mieux appréhender ce métier.

Les marchés sont fonctionnels pratiquement 24 h/24, 7 j/7. Il faut donc pouvoir gérer ce volume horaire, et savoir à quel moment agir, quand vendre, quand acheter, comment analyser en direct les différentes informations qui sont diffusées.

À lire : sécurisez votre avenir financier en investissant dans le neuf

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn