samedi 6 mars 2021

Autrefois réservé à un investissement conséquent comme un achat immobilier, le crédit opère une véritable mutation depuis une vingtaine d’années. L’essor des technologies permet aux entreprises d’octroyer des crédits personnalisés en fonction de chaque profil. Le secteur fintech surfe sur cette vague depuis plusieurs années déjà. Dorénavant, chacun peut espérer financer un projet particulier ou obtenir une réserve d’argent au moment opportun.

Les « petits crédits », un mode de financement efficace

Que l’on parle de prêt personnel, crédit particulier, microcrédit ou autre, le crédit à la consommation fait dorénavant partie du mode de vie de beaucoup de ménages. Alors qu’il fallait autrefois montrer des fiches de salaire et présenter de nombreux documents, les organismes de crédit se sont adaptés à une population qui travaille de plus en plus pour son propre compte.

Conscients que les besoins de la population changent, plusieurs intermédiaires permettent d’ailleurs d’obtenir un crédit sans justificatif. Ces crédits à la consommation ne nécessitent aucune pièce justificative concernant l’utilisation des fonds. Ils sont utilisés à la discrétion de l’emprunteur. Des banques traditionnelles comme le Crédit Mutuel s’y sont même mis. Entre 2014 et 2019, le crédit à la consommation en Europe aurait augmenté d’environ 4% annuellement et les chiffres continuent de grimper.

L’influence de la technologie sur le crédit

Le rapport au crédit a fortement changé depuis l’apparition de l’e-commerce. Dans une étude sur le sujet, le cabinet de conseil Deloitte conclut que les consommateurs s’attendent dorénavant à un crédit facile d’accès, personnalisé et instantané.

La technologie permet cette évolution sous deux angles différents. D’une part, l’évaluation des clients (appelés credit scoring en anglais) est nettement plus pointue et adaptée grâce notamment au traitement des données et au big data. Comme l’indique Deloitte, « dans le futur, les individus connaîtront leur score de crédit de la même façon qu’ils connaissent leur poids ». D’autre part, la digitalisation permet aux organismes de crédit de réduire leurs coûts et donc d’améliorer leur offre.

Néanmoins, le secteur devient aussi de plus en plus compétitif avec un grand nombre de nouveaux entrants ces dernières années et la multiplication des fintech. Les investissements dans le secteur en France ou ailleurs atteignent des sommes considérables. Les entreprises fintech ont l’avantage d’être extrêmement orientées client par rapport aux banques traditionnelles et offrent une disponibilité maximale (souvent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7). En outre, les géants de la tech comme Google, Amazon, etc mettent également des billes dans le secteur et devraient jouer un rôle dans les années à venir.

Une évolution continue

Même si les innovations et la technologie sont bel et bien là, une partie importante de la population se tourne encore vers les banques traditionnelles lorsqu’il s’agit de se financer. Cela s’explique par divers motifs : peur de l’inconnu, habitudes ancrées, différences générationnelles, inquiétudes par rapport à la sécurité et autres. L’évolution est cependant bien présente. La Banque Morgan Stanley, reprenant une étude réalisée par TransUnion, indique par exemple que les fintech représentent aujourd’hui plus d’un tiers des crédits personnels contre 5% en 2013.

Le changement est donc en cours et les banques traditionnelles s’adaptent en accentuant les investissements en matière de digitalisation. Les alliances entre fintech et banques sont d’ailleurs de plus en plus fréquentes. Les fintech ont dépoussiéré le secteur du crédit ce qui permet aux clients et consommateurs de bénéficier d’une offre variée et adaptée en fonction de leurs besoins.