Vous désirez créer votre entreprise ou l’équiper pour commencer vos activités ? Il vous faut alors du financement. Mais, vous préférez vous passer de l’option banque. Qu’à cela ne tienne ! Le secteur financier évolue et voit naître de nouveaux modes de financement. Ils sont de différents types et favorisent le financement autrement.

Le crowdlending : une alternative au financement bancaire

Parce que les banques ne détiennent plus le monopole du prêt, il existe aujourd’hui d’autres solutions pour emprunter de l’argent sans avoir recours à une banque. L’une de ces solutions est le crowdlending ou prêt participatif. Il s’agit d’un nouveau mode de financement ouvert aux entrepreneurs de tous les secteurs d’activités. En effet, ce sont des particuliers ou des entreprises qui prêtent une somme d’argent pour financer un projet de création ou de développement d’une entreprise. La dette est remboursée aux créanciers chaque mois avec des intérêts. Ce moyen de financement offre de nombreux avantages. Il permet aux emprunteurs de jouir d’une certaine souplesse et d’une plus grande célérité dans les transactions. C’est le moyen idéal pour obtenir un prêt rapide. C’est également une manière de faire la comparaison entre les taux proposés par la banque et les particuliers. Le crowdlending constitue donc une belle alternative d’emprunt à coût réduit face aux banques.

L’option du financement historique : Le prêt « familial »

En dehors du crowdlending comme alternative au prêt bancaire, il existe une ancienne solution qui est celle d’emprunter auprès de ses proches. Il s’agit d’un mode de financement qui consiste à mobiliser auprès de parents et proches des fonds de financement. On parle de réseaux « love money ». En fait, vous proposez à vos investisseurs un pourcentage de votre chiffre d’affaires futur, pendant une durée déterminée, en contrepartie du financement. Ce mode de financement est cependant encadré par un contrat clair qui vous lie aux investisseurs. En effet, avant de signer le contrat de prêt, vous devriez convenir de ces modalités (taux éventuels, montants et échéances). Cette alternative au financement bancaire présente l’avantage d’être d’une grande flexibilité puisqu’elle dispense de l’apport des garanties personnelles. Elle est aussi très avantageuse en matière fiscale. Il est cependant recommandé pour les gros emprunts de multiplier les prêteurs afin de minimiser leur effort personnel. Ainsi, vous ne diluez pas votre capital, vous augmentez vos fonds propres et vous les intéressez directement à la croissance du chiffre d’affaires.

Le crédit-bail : la solution de financement matériel non bancaire

L’entreprise a besoin de solutions de financement à toutes les étapes de son évolution et pour parfaire sa croissance. Et s’agissant de l’équipement en matériels, le financement par le crédit-bail et le leasing existe. Les matériels et biens d’équipement professionnels concernés sont :

  • Le matériel mobilier qui regroupe les tables et chaises, les ordinateurs, les téléphones, les photocopieurs, etc. ;
  • Le matériel de transport avec les véhicules pour les commerciaux de l’entreprise et les camions ou encore véhicules spécialisés ;
  • Le matériel nécessaire à l’exercice de sa profession qui comprend les machines industrielles, les machines agricoles, les équipements médicaux, etc.

La solution du Leasing pour financer les équipements matériels indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise consiste à acquérir des équipements onéreux et à échelonner leur paiement sur plusieurs mois. Les clauses du contrat stipulent que pendant la durée du contrat, l’entreprise qui octroie le crédit-bail est propriétaire du bien matériel. À la fin du contrat, le locataire a le choix entre acheter le bien loué, le restituer ou tout simplement renouveler son contrat de financement par Leasing. Avec Corolease, une solution de financement non bancaire pour les entreprises, ces dernières peuvent aisément exercer leurs activités tout en évitant les tracasseries bancaires. Cette solution présente de nombreux avantages :

  • La diminution de l’endettement ;
  • La récupération rapide de la trésorerie ;
  • Le financement de nouvelles immobilisations ;
  • L’allégement des charges fiscales ;
  • La conservation de la jouissance du bien.