En tant que travailleur indépendant, vous exercez une activité professionnelle en votre nom et à votre compte. Vous êtes votre propre chef d’entreprise. De ce fait, la recherche de financements constitue une étape fondamentale de la création de votre activité. Cela va vous aider dans l’investissement de votre matériel, de vos logiciels, de vos outils de communication, etc. Découvrez un peu plus d’informations à ce sujet dans cet article.

Qu’est-ce qu’un travailleur indépendant ?

En tant que travailleur indépendant, vous créez et développez votre activité en votre nom, à votre propre compte et sous votre responsabilité. Vous êtes en effet un véritable chef d’entreprise à part entière. De ce fait, vous développez votre portefeuille client, émettez vos factures et encaissez votre chiffre d’affaires. Afin de développer votre activité, vous devez communiquer, entretenez votre réseau professionnel et prospectez des clients potentiels. La recherche de financement fait également partie des différentes étapes entrepreneuriales classiques du business plan que vous devez mettre en place.

Pourquoi la recherche de financements est-elle importante ?

En créant votre activité, il vous est obligatoire d’anticiper les ressources et les biens qui vous sont indispensables pour l’exercice de votre métier et le montage de votre offre commerciale. En effet, chaque travailleur indépendant a besoin de cela pour se fournir en matériel, en logiciel spécifique, en véhicule, en outils de communication, mais aussi pour s’installer dans un espace de coworking ou dans un bureau quelconque. Notez que tous ces besoins sont à énumérer dans un plan de financement, un document prévisionnel du business plan. En plus de cela, il y a aussi la trésorerie au démarrage, qui est indispensable afin d’affronter les premières dépenses usuelles avant de pouvoir encaisser du chiffre d’affaires.

Quelles sont les aides financières que vous pouvez bénéficier en tant que travailleur indépendant ?

Habituellement, les aides classiques à la création d’une entreprise sont :

  • le prêt à taux 0 ou prêt d’honneur qui accompagne généralement un prêt bancaire ;
  • les garanties financières ;
  • les crédits d’impôt pour créer ou développer une entreprise ;
  • les exonérations sociales et fiscales.

Il est important de noter que ces aides sont attribuées, soit sur dossier suite à une analyse de la rentabilité, soit en fonction d’une liste de critères, notamment l’âge de l’entreprise, la nature de l’activité ou encore l’emplacement géographique. Quel que soit le cas, le régime fiscal ou le statut juridique fait partie des critères principaux d’obtention d’aide.

Les aides institutionnelles à la création d’entreprise

Généralement, elles sont réservées à ceux qui créent une entreprise ou une société qui est soumise au régime du réel. De ce fait, les travailleurs indépendants évoluant en auto-entreprise ou en micro-entreprise ont très rarement accès à ce type d’aide. Celui-ci regroupe les prêts d’honneur, les dotations locales ainsi que les garanties financières.

Les aides fiscales et crédits d’impôts

D’une manière générale, les micro-entrepreneurs sont aussi exclus des crédits d’impôts et des exonérations fiscales. Par contre, si vous êtes un travailleur indépendant ayant opté pour le régime du réel, vous en êtes éligible. Ces aides consistent à vous exonérer de la Cotisation Foncière des Entreprises, de l’impôt pour les JEI ou jeunes entreprises innovantes, etc.