Alsaeci

Équipement, formation : tout savoir sur le métier de gendarme

Pour assurer la sécurité des citoyens et leurs biens, chaque année, les forces de l’ordre procèdent à des recrutements pour renforcer leurs rangs. C’est une démarche indispensable pour garantir la protection et la défense du territoire. Parmi ceux qui engagent massivement figure la gendarmerie nationale. Cette dernière a pour mission d’assurer la surveillance et la sécurité routière, d’effectuer des investigations dans le cadre d’une enquête, de protéger les personnes et leurs biens. Un gendarme a donc pour mission principale de maintenir l’ordre public. Vous souhaitez en savoir plus sur le métier de gendarme et comment faire pour le devenir ?

Les équipements utilisés par les gendarmes

La gendarmerie est un corps de métier très spécifique. Comme toutes les autres professions sensiblement de la même catégorie, elle dispose d’un équipement spécial, que ce soit au niveau des accessoires ou pour les tenues de travail obligatoires, ou encore le matériel et les équipements adéquats pour leurs d’interventions.

Pour qu’un agent puisse accomplir sa mission dans les meilleures conditions, il est donc indispensable de bien l’équiper. Pour vous procurer des tenues de travail et des équipements, retrouvez les produits de Security shop qui vous propose un large choix de vêtements professionnels.

L’uniforme obligatoire

Outre les tenues conventionnelles, les agents de la gendarmerie doivent également disposer de certains éléments vestimentaires, qu’il s’agisse de polos, de bonnets ou encore de gilets. Ce code vestimentaire permet au grand public de les identifier facilement. Ces accessoires sont également indispensables pour qu’un gendarme femme ou homme puisse réaliser sa mission dans le confort.

Sur le terrain, un gendarme doit être vêtu d’un uniforme spécial, comme le pantalon treillis, la veste, le t-shirt tactique, etc. Ces uniformes doivent obligatoirement répondre à certaines normes strictes, comme la couleur bleue de la gendarmerie. La tenue doit inclure divers accessoires officiels, notamment un écusson, le grade, les galons, ou les médailles dans certaines occasions.

Equipement de la gendarmerie

Les équipements de la gendarmerie

Chaque agent de la gendarmerie doit également disposer de certains équipements indispensables. En effet, celui-ci doit s’adapter à toutes les conditions et faire face à toutes les situations. Pour cela, il est important d’avoir à disposition du matériel adapté.

Comme un gendarme a pour mission de maintenir l’ordre public, il est souvent appelé à intervenir dans des situations extrêmes. Pour lui assurer une protection maximale, il doit s’équiper de gants d’intervention de qualité, sans oublier le matériel indispensable pour des interpellations, notamment le bâton de défense, les menottes, etc.

Un gendarme peut également être amené à effectuer un service de premier secours, ou être appelé pour une assistance à une victime blessée. Pour pouvoir assurer parfaitement sa fonction dans ces cas, il doit aussi disposer de certains équipements.

Quelle formation suivre pour devenir gendarme ?

Pour entrer dans la gendarmerie, il est obligatoire de réussir le concours d’entrée classé en 2 catégories bien distinctes, notamment la catégorie B et C. Le choix de la catégorie varie en fonction du poste visé. Pour mettre toutes les chances de son côté, il est recommandé de parfaire le plus possible sa préparation pour le concours. Pour cela, il est possible de se rapprocher d’un centre de formation spécialisé qui propose aux candidats d’être prêts le jour J. Les épreuves sont constituées de tests physiques et théoriques.

L’avantage de suivre une formation avant le concours est de permettre aux candidats de bien se préparer et d’acquérir une connaissance non négligeable du sujet. Il est possible de suivre une formation à distance ou présentielle.

La catégorie de concours à réaliser dépend du niveau d’études du candidat. Si certains concours exigent le baccalauréat, d’autres non. Il est possible de passer de tests de sélection pour devenir gendarme adjoint volontaire, puis par la suite de suivre une formation rémunérée afin de devenir sous-officier.

Chaque épreuve est chronométrée et les places sont en général limitées. D’où la nécessité d’une bonne préparation. Après avoir réussi au concours, les élèves gendarmes devront suivre des cours spécifiques dans une école de la gendarmerie. La formation est axée sur tous les aspects pratiques et théoriques du métier de gendarme. Celle-ci est rémunérée et dure environ 12 mois.

Les critères d’éligibilité

Les critères d’éligibilité varient en fonction du type de concours visé. Pour se présenter au premier test de sélection, il est nécessaire de répondre à certains critères. Si le poste de Gendarme Adjoint Volontaire n’exige pas de diplôme spécifique, celui de sous-officier requiert un baccalauréat ou plus.

Pour devenir GAV, ou Gendarme Adjoint Volontaire, il est obligatoire d’avoir la nationalité française et d’être âgé de 17 à 26 ans. Le candidat doit également être en parfaite santé morale et physique, attestation par le corps médical de la Gendarmerie Nationale à l’appui, suite à une évaluation.

Parmi les critères d’éligibilité figurent les tailles physiques minimum, surtout pour les concours APJA et GAV. Il est aussi exigé d’être en règle avec les diverses obligations de service militaire.

Pour le concours de SOG, ou Sous-officier de gendarmerie, le candidat doit être âgé de minimum 18 ans, et au maximum de 35 ans. Il doit avoir un casier judiciaire vierge et avoir une aptitude physique attestée par un certificat médical. Les candidats au concours SOG doivent bénéficier de tous leurs droits civiques. Il est toutefois à noter qu’un candidat recalé 3 fois à un concours ne peut plus se présenter.

formation gendarme

Les compétences et les qualités requises

Quel que soit le type de concours souhaité, une bonne condition physique est toujours exigée, surtout pour les gendarmes du GIGN et les gendarmes mobiles. Un certificat médical est à fournir dans le dossier pour pouvoir passer le concours.

Le métier de gendarme requiert un sang-froid à toute épreuve, une bonne résistance au stress et une excellente maîtrise de soi. Cela est capital pour les agents des forces de l’ordre avec port d’arme à feu lors de l’accomplissement de leurs missions. Ces derniers doivent respecter le code de la déontologie.

Pour intégrer les unités administratives, l’agent de la gendarmerie doit être réactif, organisé, comprendre et appliquer parfaitement les consignes. Les candidats souhaitant intégrer le corps de la gendarmerie doivent savoir respecter sans condition la hiérarchie.

Les qualités humaines et professionnelles requises

Le candidat doit avoir le sens des responsabilités et de la justice pour exercer ce métier. Il est également important d’avoir l’esprit d’équipe, car pendant l’accomplissement d’une mission, il est obligatoire de travailler en groupe. Un candidat à la gendarmerie doit être organisé dans ses missions, savoir déléguer certaines tâches et être apte à remplacer ou à épauler son collègue en cas de difficulté sur terrain.

La première mission d’un gendarme est d’assurer la protection des biens et personnes. Afin de mieux protéger la population, il doit alors savoir s’exprimer avec calme et respect.

Certaines missions réclament des qualités de discrétion, de respect du secret professionnel et du droit de réserve. Un gendarme doit être conscient que s’il dispose de certains droits, le métier implique également un engagement et des devoirs à respecter.

Les différents échelons de la gendarmerie

Comme dans toutes les institutions militaires et des forces de l’ordre, la gendarmerie est hiérarchisée par des échelons. Il s’agit donc d’un métier évolutif et hiérarchisé par des grades. Pour monter en échelons, il est possible que l’agent soit promu ou qu’il ait réussi un concours interne.

Les grades dans la gendarmerie nationale sont classés par ordres, comme suit :

  • élève gendarme ;
  • GAV ou Gendarme Adjoint Volontaire, catégorie C, qui comprend les GAV de première classe, le brigadier, le maréchal des logis et le brigadier-chef ;
  • sous-officier subalterne, catégorie B qui inclut les grades de maréchal des logis et le maréchal des logis-chef ;
  • sous-officier supérieur, toujours de la catégorie B, qui englobe les grades d’adjudant, adjudant-chef et le grade de major ;
  • officier de la catégorie A, avec les grades d’aspirant, de sous-lieutenant, lieutenant et capitaine ;
  • officier supérieur de la catégorie A, qui comprend les grades de commandant, de lieutenant-colonel et de colonel ;
  • général de la catégorie A, pour le général de brigade, général de division, général de corps d’armée et général d’armée.

Ces grades doivent apparaître sur l’uniforme porté par le gendarme en service. Les galons présents sur les tenues professionnelles symbolisent le grade de l’agent.

Le salaire d’un gendarme

Le salaire d’un gendarme est calculé en fonction d’une grille indiciaire qui est fixée par la Fonction Publique d’État. Cette grille varie selon l’ancienneté, l’échelon et le grade de l’agent. Pour passer d’un grade à un autre plus élevé, il faut attendre entre 1 an à 3 ans et demi.

Un gendarme qui vient de sortir de l’école de formation débute avec un salaire d’environ 1 300 €. Les salaires changent en fonction de la grille indiciaire qui comporte 12 échelons en tout.

Le salaire brut d’un sous-officier par exemple s’échelonne comme suit :

  • maréchal des logis : un salaire fixé entre 1818,18 € et 2 253,95 € avec 7 échelons ;
  • un adjudant perçoit entre 1977,50 € à 2 357,07 € avec 9 échelons ;
  • un adjudant-chef gagne entre 2 188,69 € à 2 525,77 € avec 9 échelons ;
  • un major touche un salaire brut entre 2 319,58 € à 2 727,27 € avec 6 échelons et un échelon exceptionnel.

Vous disposez maintenant de toutes les informations concernant le métier de gendarme si vous souhaitez entrer dans la profession.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn