Selon l’Union Européenne, les nouveaux véhicules électriques devront bientôt être équipés d’un dispositif d’émission de bruit. Cela devrait permettre à ces véhicules écologiques d’être suffisamment entendus lorsqu’ils s’approchent de cyclistes ou de piétons, afin de renforcer la sécurité sur la voie publique.

Des véhicules dangereux à l’approche des piétons et cyclistes ?

Qui ne s’est jamais fait la réflexion, en croisant un véhicule électrique, que ce dernier n’émettait pas suffisamment de bruit pour être entendu ? Ces véhicules, qui pour l’heure sont assez imprévisibles si l’on ne prend pas la peine de rechercher un contact visuel, devront bientôt émaner un certain bruit pour circuler sur la voie publique. C’est une nouvelle norme de l’Union Européenne qui prévoit d’équiper les nouveaux véhicules d’un tel dispositif.

La réglementation en question a d’ores et déjà été adoptée lundi par l’Union Européenne, sera bientôt appliquée dans chaque pays de l’Union. Les véhicules électriques vont alors bientôt émettre un son qui permettra d’informer les piétons et cyclistes de leur approche. Si vous souhaitez savoir à quoi ressemble ce nouveau bruit, n’hésitez pas à écouter la bande audio proposée par la BBC à ce sujet :

Une alerte qui se déclenche à moins de 19 Km/h

Les véhicules électriques devront, en application de cette nouvelle norme, émettre ce son lorsqu’ils circuleront à moins de 19 Km/h. Cela s’appliquera à la fois aux voitures, mais également aux fourgonnettes.

Pourquoi fixer une vitesse maximale pour le déclenchement du son, et non pas une vitesse minimale ? Si la norme peut paraître très étrange, elle n’est en fait pas si surprenante ! Les études ont en effet démontré que c’est lorsque les véhicules électriques roulent à moins de 20 kilomètres par heure qu’ils évoluent à proximité des piétons. C’est ainsi dans ces conditions que les risques de percuter un piéton, un cycliste, ou une trottinette électrique sont les plus grands ! C’est donc sur ces vitesses que le besoin de sécurité était le plus grand, ce qui justifie le recours à un tel son dans ces conditions.

Un dispositif qui peut être activé et désactivé par le conducteur

La nouvelle la plus surprenante, c’est sans doute que ce dispositif sonore peut être activé ou désactivé par le conducteur du véhicule, à sa guise. Ainsi, il est obligatoire pour les véhicules d’être équipé d’un moteur produisant cet effet sonore, mais il n’est pas obligatoire de l’activer. C’est donc uniquement lorsqu’il pressent un danger que le conducteur pourra activer le bruit sur son véhicule électrique.

Cependant, en cas d’accident, on imagine bien qu’il sera nécessaire d’apprécier si la non utilisation du dispositif sonore n’était pas une faute du conducteur. Vouloir conduire volontairement un véhicule électrique, de manière furtive, à proximité des piétons, peut être largement contestable par une compagnie d’assurance en cas d’accident sur la voie publique.

Un dispositif mis en place à partir de 2021

Selon la norme européenne, c’est à partir de 2021 que l’ensemble des nouveaux véhicules électriques devront être munis de cet équipement sonore, appelé Avas. Il faudra donc voir dans quelles circonstances la présence de ces dispositifs sera contrôlée, et qui en sera responsable en cas de contravention : le constructeur, ou le consommateur qui a acheté son véhicule électrique.

Dans l’immédiat, une telle norme devrait améliorer le quotidien des piétons, notamment des malvoyants qui pouvaient ressentir de plus en plus de difficultés pour traverser la route lors de l’arrivée d’un véhicule électrique.