Alsaeci

Sécurité digitale: quelle signature électronique choisir pour son entreprise?

De plus en plus, les entreprises ont recours à la signature électronique. Il existe plusieurs types de signatures électroniques. Le choix dépend du niveau de sécurité, mais également de la politique mise en œuvre par l’entreprise. Cet article fait la lumière sur les différentes possibilités qui existent pour les entreprises en matière de signature électronique. 

 

La signature électronique qualifiée 

 

La signature électronique qualifiée offre un niveau de sécurité très élevé. Elle permet de garantir l’identification et l’authentification d’un document. Ceci est notamment possible grâce à un face-à-face virtuel contrôlé et certifié par une autorité de certification qualifiée. L’intégrité d’un document portant une signature électronique qualifiée ne peut être remise en cause en raison de son haut niveau de sécurité. La signature électronique qualifiée s’utilise dans le cas des documents à fort taux de risque contenant des montants financiers importants. Comme exemple, il y a les ouvertures de comptes bancaires et les contrats d’assurance vie. C’est également le cas pour les contrats de marchés publics et les actes d’authentification devant un huissier ou un notaire. Si le niveau de sécurité d’une signature électronique qualifiée est assez élevé, il faut noter que le dispositif de création est difficile à mettre en place et coûte cher. Pour l’expérience utilisateur, il est assez complexe.

 

La signature électronique avancée 

 

La signature électronique avancée garde un niveau de complexité moins important que celle dite qualifiée. En effet, cette option permet au professionnel de renforcer le processus d’identification du signataire tout en lui réservant une expérience utilisateur acceptable. Sur cette base, l’autorité de certification qualifiée ou encore le prestataire de services de confiance procède à l’identification par la vérification et le contrôle de la pièce d’identité. La signature électronique avancée s’utilise pour des transactions financières importantes ou des documents juridiques d’une grande importance. Ainsi, elle peut s’utiliser pour :

  • une location de cartes de crédit ou la signature d’une transaction bancaire ;
  • signer des contrats avec de nouveaux clients par les compagnies d’assistance et les fournisseurs d’énergie ;
  • signer des contrats de vente, de location et autres dans le cas des agences immobilières ;
  • signer des contrats de travail, d’indemnités de licenciement ou chômage partiel ;

La signature électronique simple

 

C’est la signature électronique la plus simple pour les entreprises. Elle ne nécessite pas de logistique particulière. L’expérience utilisateur, ici, est assez fluide et très simple. Dans ce cas, un document à signer est envoyé par mail au signataire. Ce dernier complète les champs d’informations nécessaires qui lui permettront de s’authentifier. Une fois que c’est fait, il signe et valide le document. La simplicité de la signature électronique simple fait d’elle l’un des trois types le moins sécurisants. En effet, elle ne permet pas d’assurer l’authentification du signataire. Elle s’utilise pour les documents simples de la vie courante. Ils ne présentent aucun risque juridique ou un risque moindre. À titre d’exemple, il y a :

  • les conditions d’utilisation d’un site sur Internet ;
  • l’autorisation des congés d’un employé.

En résumé, il faut retenir que la signature électronique aide à la sécurité d’une entreprise sur le plan digital. Elle va de la plus complexe à la plus simple selon le type de document.

Facebook
Twitter
LinkedIn